Editorial : Faut-il brûler "Le Nouveau Réveil" et Kah Zion ?

 


Editorial : Faut-il brûler "Le Nouveau Réveil" et Kah Zion ?

Avec les clameurs de l'Assemblée Générale Constitutive du Rhdp, parti unifié, qui s'estompent, pourraient aussi s'estomper les invectives, les injures et autres attaques de tous ordres qui ont fusé de partout dans les dernières 72 heures sur les réseaux sociaux.

Dans ce grand virage à risques, "Le Nouveau Réveil", quotidien proche du Pdci-Rda, était, comme à son accoutumée, en ligne de mire. Certaines de ses parutions avaient été vertement critiquées si elles ne sont tout simplement vouées aux gémonies par des lecteurs et militants du Pdci-Rda très excités qui n'ont pas hésité à traiter le propriétaire du Groupe de presse "Le Réveil", Denis Kah Zion, et tous ses collaborateurs de tous les noms, les accusant de tous les péchés d'Israël. Fallait-il brûler "Le Nouveau Réveil" pour avoir fait son travail en donnant l'information qu'il tient de sources fiables et ne souffrant d'aucun doute ?

Bien de détracteurs étaient prêts à franchir ce pas. Pour si peu, pourrait-on dire. Et pourtant, depuis sa création en juin 2001, jusqu'aujourd'hui en passant par les années de braise de 2001 à 2011, "Le Nouveau Réveil" qui ne cache pas sa proximité d'avec le Pdci-Rda et particulièrement avec le Président Henri Konan Bédié, a toujours été en première ligne de la promotion des idéaux du Pdci-Rda, des directives données par le Président Henri Konan Bédié, des résolutions du Bureau politique et des grandes décisions des Congrès, et souvent même au risque de la vie de ses travailleurs et du premier responsable que nous sommes. Mais, ses prises de position sont toujours allées dans le sens de la paix et de la cohésion entre les Ivoiriens. De par notre position au Secrétariat général (2002 à 2012) et maintenant au Secrétariat exécutif du Parti (depuis avril 2017) mais aussi et surtout notre position auprès du Président Henri Konan Bédié, nous sommes dans la posture de la porte qui voit à la fois à l'intérieur et à l'extérieur et donc notre démarche ne peut qu'aller dans le sens de l'apaisement et surtout de la cohésion et de la non rupture prônée par le président Bédié. Cette démarche peut ne pas être bien perçue par des gens qui, de loin, ne comprennent pas forcement bien des choses et veulent en même temps que l'on traduise dans le journal leurs désidérata contre souvent même la déontologie du métier de journaliste. La dernière Lettre ouverte en date du 06 juillet 2018 que nous avons osé adresser aux présidents Ouattara et Bédié, leur demandant de tout faire pour s'entendre, participe de cette démarche de la recherche de la paix et du dialogue, quelles que soient les divergences de vue politiques sur certains points de la marche de la Nation. Nous avons également donné l'information dans notre parution du samedi 13 juillet que le Président Bédié a décidé d'envoyer, suite à l'invitation qu'il a reçue (même si ce n'était pas tôt), trois observateurs à la réunion de l'Ag Constitutive du Rhdp, parti unifié (sans le Pdci-Rda pour l'instant) à Sofitel hôtel Ivoire mais cela a aussi fâché et mis en transe des militants. Présentant "Le Nouveau Réveil" comme l'organe de presse tordant le cou aux décisions du parti et son premier responsable comme jouant à un double jeu. Et pourtant, l'information publiée a été illustrée d'un fac-similé de la lettre adressée au Rdr. Dans le fait, le président du Pdci-Rda a-t-il envoyé des observateurs ou non ? Des observateurs envoyés par le président Bédié ( Diby, Achi, et Siandou) étaient à cette Ag constitutive, ils avaient été présentés comme tels publiquement, mais ils ne sont pas intervenus au cours des travaux comme l'a souhaité le Secrétaire Exécutif en chef du Pdci, Guikahué. Où est donc le tort du "Nouveau Réveil" ? Quel crime politique a commis Denis Kah Zion ?

L'Assemblée Générale Constitutive du Rhdp unifié s'est tenue, lundi, sans le Pdci-Rda comme l'a décidé le président Bédié dans un communiqué largement diffusé dans toute la presse. La réunion tant attendue a eu lieu et le ciel ne nous est pas tombé dessus. Où en est-on aujourd'hui, pourrait-on se demander ? Apparemment, rien véritablement n'aura changé sur le plan stratégique et tactique entre le président Alassane Ouattara et le président Henri Konan Bédié. Du moins si on s'en tient à ce que le Chef de l'Etat devenu depuis lundi le président du Rhdp unifié a dit, entre autres : « Nous voulons cette union parce que nous sommes les enfants de Félix Houphouët-Boigny. Nous voulons préparer ensemble les élections présidentielles de 2020. Nous ne devons pas accepter de nous laisser diviser car mon aîné le président Bédié et moi nous savons ce qui a coûté à la Côte d'Ivoire nos incompréhensions du passé. Cela ne doit plus se reproduire. Nous devons être ensemble. (.) J'ai été n°2 du Pdci-Rda et je connais les textes du Pdci. Je ne veux pas et je ne souhaite pas que le Pdci-Rda soit cassé en bloc pour venir au Rhdp. La place du Pdci est au Rhdp et nous attendons que le président Bédié valide les statuts pour le parti unifié Rhdp comme mandat lui a été donné par le Bureau politique du Pdci-Rda. Nous avons les élections locales dans quelques semaines et nous sommes liés par un accord politique qui nous demande d'aller à toutes ces élections en Rhdp. Et je sais que Bédié ne peut pas et ne va pas renier sa signature. Nous devons aller à toutes ces élections y compris l'élection présidentielle en Rhdp. (.) Je demande à mon aîné, le président Henri Konan Bédié, nous devons rester ensemble comme nous l'avons fait à l'hôtel du Golf face à la mort et au bombardement. Ensemble, nous avons tenu pour la Côte d'Ivoire... Nous devons travailler, le président Bédié et moi, main dans la main, pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020 ».

De ces déclarations, il ressort que le Chef de l'Etat ne sera pas candidat en 2020, comme cela avait été véhiculé, il y a peu dans les média, et en plus, il est pour l'alternance, mais dans le cadre du Rhdp. Or, le Pdci-Rda qui n'a jamais rejeté le Rhdp et le parti unifié ne demande que l'alternance en faveur d'un militant actif.

Mieux, les militants Rhdp unifié réunis à Sofitel hôtel Ivoire ont recommandé au président Ouattara de poursuivre le dialogue avec son aîné le président Bédié. Tout comme le Bureau Politique du Pdci-Rda du 17 juin dernier a, en ces termes, demandé au président Bédié de ne pas rompre le dialogue avec les alliés :

«.Le Bureau politique affirme son soutien au Président du Parti et endosse la signature de l'Accord Politique du Rhdp relatif à la création d'un Parti Unifié;

- Le Bureau Politique prend acte des documents tels que validés par le Comité de Haut Niveau et décide de soumettre ces documents à l'examen du prochain Congrès ordinaire du Pdci-Rda.

- Le Bureau Politique donne cependant mandat au Président du Parti pour poursuivre les négociations dans le cadre du Rhdp et ce, à toutes les étapes du processus de mise en ouvre du Parti unifié Rhdp.(.) Le Bureau Politique rassure les militants et militantes de la détermination du parti à reconquérir le pouvoir en 2020 et les invite à se mobiliser massivement pour participer activement à la révision de la liste électorale, dans l'union, le rassemblement et la discipline ».

Le lundi 16 juillet dans la soirée, le Président Henri Konan Bédié, qui a suivi depuis Yamoussoukro, les travaux de l'Agc de Sofitel hôtel Ivoire (à Abidjan), a demandé à ses militants de garder leur calme, de rester sereins et concentrés sur les objectifs que le parti s'est fixés à savoir préparer les futures élections locales et préparer un candidat à l'élection présidentielle de 2020. Du coup, sauf mauvaise analyse de notre part, les deux camps se rejoignent sur l'essentiel qui est la sauvegarde de la Côte d'Ivoire dans la paix, la stabilité et la cohésion, tout en maintenant la volonté de dialogue pour régler les différends et lever définitivement les équivoques. Qu'est-ce qui dit d'ailleurs que la nouvelle génération dont parle le président Ouattara ne viendrait pas des rangs des militants du Pdci-Rda ? C'est exactement la position jusque-là défendue par le président Bédié et soutenue par "Le Nouveau Réveil" son journal ! Si nous nous embouchons la trompette de va-t-en guerre, si nous ne rassurons pas nos alliés politiques, nous n'aurions pas contribué à obtenir quoi que ce soit et nous serions des vecteurs d'incitation à une confrontation inutile et nuisible à tous. La conciliation des positions est tout à l'honneur du "Nouveau Réveil" qui, une fois de plus, aura vu juste avant ces insulteurs publics dans les salons feutrés.

Nous sommes conscients que nous serons toujours des incompris, nous serons toujours la mascotte du carnaval applaudie aujourd'hui et brûlée le lendemain quand on n'en a plus besoin. Mais au finish, compte tenu de notre proximité avec le président Bédié, nous arriverons toujours à ce qui peut faire avancer le Pdci-Rda avec l'objectif 2020, sans émotion. Sans transe. Nous serons toujours là quand c'est même chaud.

Nous serons toujours là quand les intérêts du Pdci-Rda seront menacés ou en péril. Mais il faut que les militants soient indulgents, patients et sachent lire entre les lignes au lieu d'insulter, et insulter.S'il doit y avoir des "vendus" au niveau du Pdci-Rda, les derniers à être "vendus" seront les journalistes de "Le Nouveau Réveil".

Bref, nous nous réjouissons d'ailleurs de ce qui s'est passé à Yamoussoukro où le président Bédié a marqué son leadership en tant que garant de l'héritage politique de Félix Houphouët-Boigny en assistant personnellement et en s'impliquant dans l'organisation des funérailles de son aîné, Maître Jean Konan Banny inhumé, avant hier, dans l'intimité familiale.

Et également de ce qui s'est passé à Abidjan où le président Alassane Ouattara, lors de l'Ag constitutive du Rhdp, parti unifié, (sans le Pdci-Rda pour le moment) a tenu un discours, à notre avis, conciliant et rassembleur. Pour le reste, il peut y avoir eu des fautes et des erreurs de part et d'autre, il faut pardonner à ceux qui les ont commises et avançons pour la réalisation des objectifs.

DKZ