Ouattara désigné président du Parti unifié RHDP adopté «à l'unanimité»

Le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a accepté lundi d’être le président du Parti unifié RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix), la coalition au pouvoir, ...


Ouattara désigné président du Parti unifié RHDP adopté «à l'unanimité»

Le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a accepté lundi d’être le président du Parti unifié RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix), la coalition au pouvoir, après avoir été désigné lors d’une Assemblée générale constitutive qui a adopté à «l’unanimité» des membres, la création de ce parti.

M. Ouattara a « accepté d’assurer les fonctions de président du Parti unifié du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) », indique le procès-verbal constitutif lu par un huissier à l’issue de l’Assemblée générale constitutive.

L’Assemblée a donné mandat au président du Parti unifié RHDP, Alassane Ouattara, de « constituer le Comité de direction » et l’a « autorisé à poursuivre les discussions avec le président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié, et les autres partis politiques en vue de la consolidation du RHDP».

Henriette Dagri Diabaté, présidente du parti présidentiel, a été nommée première vice-présidente du parti unifié RHDP et le leader de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI), Abdallah Albert Toikeusse Mabri, deuxième vice-président du parti, tandis que les quatre autres présidents des partis fondateurs sont désignés comme membres du bureau.

Le PDCI, ex-parti unique, un grand allié au Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel), a décidé le 17 juin 2018 de se prononcer sur son adhésion au Parti unifié RHDP lors de son prochain congrès prévu après l’élection présidentielle de 2020.

L’Assemblée générale constitutive a réuni les formations politiques favorables au parti unifié RHDP ainsi que les membres observateurs au titre des institutions de la République, les membres observateurs représentants Henri Konan Bédié, et le mouvement Sur les traces d’Houphouët, issu notamment du PDCI.

« Les membres observateurs représentants le président Henri Konan Bédié, président du PDCI (sont) Charles Koffi Diby, président du Conseil économique, social, environnemental et culturel, le secrétaire général de la présidence Patrick Achi, le ministre du tourisme Siandou Fofana», a dit Kandia Camara, secrétaire générale du Rassemblement des républicains (RDR), à l’entame de la séance.

Elle a fait savoir que des membres observateurs au titre des institutions de la République, étaient présents, notamment le vice-président Daniel Kablan Duncan, le président du Sénat Jeannot Kouadio-Ahoussou, le médiateur de la République Adama Toungara et l’Inspecteur général d’État Théophile Ahoua N’doli.

Le mouvement Sur les traces d’Houphouët-Boigny, issu du PDCI, a activement participé à cette Assemblée générale constitutive du parti unifié RHDP, avec sa tête Adjoumani Kouassi, ministre des Ressources animales et halieutiques.

Les ministres Thierry Tanoh (Pétrole, énergie et développement des énergies renouvelables), François Amichia (Ville), Raymonde Goudou Coffie (Modernisation de l’administration et de l’innovation du service public), Jean Claude Kouassi (Mine et géologie), Alain Donwahi (Eaux et forêts), Amedé Kouakou (Equipement et entretien routier), Danho Paulin (Sports), Pascal Abinan (Emploi et protection sociale) et Félix Anoblé (Secrétaire d’Etat à la promotion des PME), tous issus du PDCI, étaient également présents.

Des membres du PDCI, favorables au parti unifié RHDP, étaient aperçus, entre autres, Laurent Dona Fologo, un cadre du parti, Robert Mambé, gouverneur du District d’Abidjan, Abdoulaye Koné, ancien ministre de l’Economie sous l’ère Houphouët-Boigny.

L’Assemblée générale constitutive a décidé que les textes fondateurs du parti unifié RHDP soient déposés ce lundi 16 juillet 2018 au ministère de l’Intérieur et de la sécurité, dernière étape de la constitution d’un parti en Côte d'Ivoire.

AP/ls/APA