Mugefci: la CES-CI rejette l’augmentation de la cotisation pour le régime de base


Mugefci: la CES-CI rejette l’augmentation de la cotisation pour le régime de base

DÉCLARATION DE LA CES-CI RELATIVE AUX RÉSOLUTIONS DE L’AG DE LA MUGEF-CI.

La CES-CI a appris, par les réseaux sociaux d’abord puis en contactant des membres de l’AG, que la dernière Assemblée Générale de notre mutuelle, la MUGEF-CI, a adopté plusieurs résolutions. Celle qui attire le plus l’attention de la CES-CI porte sur l’augmentation de la cotisation pour le régime de base à 4,5%.

La CES-CI, rappelle à toutes fins utiles que cette idée d’augmenter le taux basique n’est pas nouvelle.
Déjà le 08 octobre 2015, l’AG tenue à l’université d’Abobo-Adjamé s’était ainsi perdue en conjecture en projetant d’ajouter 2333f à notre (enseignant) cotisation pour le régime de base.

Évidemment, cette idée impopulaire et fort téméraire s’était limitée qu’à l’incubation. La CMU elle-même , dont l’arrivée l’induisait , ne la soutenait guère.
Le gouvernement n’y était non plus favorable.

En outre, la CMU estimait que, sur environ 1,5 milliard/mois que cotisent les mutualistes, elle défalquerait environ 800 millions(1000f/assuré récupéré) pour ses prestations en faveur des fonctionnaires et enfants assurés. Soit l’enveloppe de 700 millions environ resterait à la MUGEF-CI pour son fonctionnement et assurer la complémentaire à la CMU après l’arrimage.

Selon certaines indiscrétions, avec cette enveloppe, il est indispensable pour la direction de la MUGEF-CI de réduire son luxueux train de fonctionnement estimé à environ 400 millions par mois si elle veut tenir. Sinon, elle sera bien obligée de rechercher des ressources additionnelles.
Alors la question qu’on se pose est de savoir si c’est ce gap qui est espéré à travers l’idée d’augmentation de la cotisation de base au lieu de réduire son budget de fonctionnement ?

En tout état de cause, la CES-CI rappelle qu’elle avait déjà rejeté l’idée de l’augmentation de la cotisation de base en 2015.

Elle réaffirme ici qu’une quelconque augmentation de la cotisation de base qui est d’ailleurs obligatoire n’est pas recevable. Peu importe le moment. Aussi, appelle t-elle les dirigeants de la MUGEF-CI et les probables commanditaires d’une telle idée saugrenue à plutôt aider les » pauvres » fonctionnaires ivoiriens à se débarrasser des impôts tels que L’ITS et la Contribution Nationale qui étouffent leurs maigres salaires dans un environnement économique marqué par la flambée généralisée des prix.

Enfin, la CES-CI précise qu’elle reste vigilante à l’effet de répondre avec détermination à toute provocation mercantile.

Fait à Abidjan, le 10 juin 2018.

Pour le BEN CES-CI,
Pacôme ATTABY CGN CES-CI.