Côte d'Ivoire: un millier de militaires quittent l'armée avec un plan de départ volontaire

Un millier de militaires ivoiriens ont profité du plan de départ volontaire de l'armée en pleine restructuration pour diminuer ses effectifs pléthoriques, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Bruno Koné.

"Au 31 octobre 2017, date limite fixée pour le dépôt des candidatures, 991 demandes sur 1.067 avaient obtenu un avis favorable de la commission d’examen des demandes de départ. Il s’agit de 3 officiers, de 634 sous-officiers et de 354 militaires du rang", a affirmé le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Poste à l'issue du conseil des ministres.

"Les militaires concernés seront mis à la retraite par anticipation à compter du 31 décembre 2017. Avant cette date, ils recevront leur pécule de départ", a-t-il précisé.

"La répartition de l’effectif de l’armée de Côte d’Ivoire est en déphasage avec les normes admises en termes d’encadrement des armées modernes. Des normes qui sont 25% de sous-officiers et 70% de militaires du rang", a indiqué le ministre. Les pourcentages ivoiriens "ne sont pas conformes aux normes", a-t-il ajouté, sans toutefois les détailler.

De source militaire, l'armée ivoirienne compte 23.000 hommes (dont 13.000 issus de la rébellion qui a tenu le nord du pays entre 2002 et 2011) parmi lesquels 6.000 sergents pour un total de 15.000 sous-officiers... Les autorités ont promu massivement des militaires du rang en intégrant des anciens rebelles, ainsi que lors des mutineries de 2014.

En janvier et mai 2017, de nouvelles mutineries pour des primes ont ébranlé le pays, alors que de nombreux militaires se plaignent de leurs conditions de vie.

Les autorités ont lancé une ambitieuse loi de programmation militaire en 2016, qui prévoit la modernisation de l'institution, avec une plus grande professionnalisation, mais aussi et surtout une réduction des effectifs.

Le pays veut à la fois normaliser la chaîne de commandement qui pose souvent problème depuis la fusion des camps ex-loyalistes et ex-rebelles, pouvoir fournir des troupes aux forces onusiennes (et ainsi bénéficier d'aides internationales), et former des troupes d'élite capables d'intervenir face à des groupes jihadistes dans un pays exposé (frontières avec le Mali et le Burkina, attentat de Grand-Bassam et ses 19 morts en mars 2016).
Cette loi de programmation a été mise à mal et a pris beaucoup de retard en raison des mutineries et des problèmes budgétaires ivoiriens, indique-t-on de source militaire.

Source: AFP


Récents articles


Il se raconte qu'un Ivoirien aurait assassiné son épouse aux États Unis, puis aurait fait partir le corps en Côte d'Ivoire dans des conditions douteuses (...) (09-9-2017)


"Je pense qu'en tant que son fils, j'ai une grande responsabilité face aux Ivoiriens. Je ne dois pas dire n'importe quoi, des mots qui jettent de l'huile sur le feu, car la situation est toujours instable. Il y a eu des milliers de morts, (...) (28-8-2017)


L'opposition togolaise, qui avait appelé la population à cesser toute activité économique en signe de protestation et de recueillement aux victimes des précédentes manifestations, s'est dit "très satisfaite" de voir la capitale très calme vendredi matin. (26-8-2017)


Un premier tour de ville entre 7h et 8h (locales et Gmt) nous a permis de constater que les bureaux de l'administration publique et les banques étaient ouverts mais très peu de monde dans les marchés et dans la circulation." (26-8-2017)


Le président guinéen, Alpha Condé, a limogé trois de ses ministres, a appris APA mercredi soir dans un décret lu par les médias d’Etat. D’abord, Mme Sanaba Kaba, ministre de l’Action Sociale depuis 2014, a cédé son fauteuil à Diaby Mariama Sylla (...) (24-8-2017)


Candidat aux prochaines présidentielles dans son pays, le Libéria, l'ex-footballeur, Georges Weah dit être préoccupé par la paix dans la sous-région. L'homme envisage même rencontrer les autorités de la Côte d'Ivoire avec qui son pays partage une longue frontière. (24-8-2017)


Dans un entretien qu’il a accordé à Fraternité Matin dans sa parution du 22 août, le président du Comité d’organisation du congrès, Adama Bictogo rassure sur l’unité du Rdr. « Qui vous a dit qu’il y a des pro-Soro ou anti Soro au sein du Rdr ? (23-8-2017)


J’en appelle donc au sens de responsabilités de tous les militants et sympathisants du FPI à nous asseoir autour d’une table pour aplanir nos divergences. Laurent Gbagbo nous a appris “Asseyons-nous et discutons” face à ses adversaires. (23-8-2017)

© 2017 Le Canal Nabonews | Ascap licensee | All Rights Reserved. Designed by {nabonews.com}.
Merci de soutenir NABONEWS