Togo: dans les rues, la mobilisation de l'opposition ne faiblit pas.

L'opposition togolaise était dans la rue samedi 2 décembre pour réclamer le départ du président Faure Gnassingbé. Malgré les incessants contacts des chefs d'Etat de la sous-région pour un dialogue qui sorte le Togo de la crise, la mobilisation ne faiblit pas. Une fois encore, samedi, les manifestants étaient dans les rues de Lomé et dans certaines villes du pays.

La mobilisation ne faiblit pas. La coalition des 14 partis d’opposition a encore fait le plein, samedi. Les organisateurs estiment que la marche a réuni 600 000 personnes dans les rues de Lomé. Cette journée d'action était la troisième de la semaine et la dix-septième depuis le 19 août, quand des manifestations organisées par un petit parti de l'opposition dans plusieurs villes du pays avaient tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre.

Dans la déclaration sanctionnant la longue marche, l'opposition félicite les manifestants : « Grâce à votre détermination, le pouvoir est contraint de négocier, de libérer quelques manifestants ».

Des actions d'apaisement certes, mais c'est insuffisant, selon les organisateurs de la manifestation. « Force est de constater que malgré les annonces du gouvernement, les villes martyres de Mango, Bafilo et Sokodé sont toujours en état de siège, et l’exercice du droit constitutionnel de manifester est toujours interdit dans ces trois villes et à Kara », a rappelé au micro l'un des organisateurs, Abi Tchessa, du Parti socialiste pour le renouveau (PSR).

Pour lui, cette détermination a permis à toutes les couches ethniques du pays de prendre conscience de la situation. « Jamais ils ne réussiront à nous diviser. Ils ne monteront pas une ethnie contre une autre, ce n’est plus possible ! Voilà le Togo et ce Togo-là vous l’avez façonné. C’est grâce à votre courage », a-t-il lancé.

La manifestation s'est achevée dans le calme, mais sur le chemin du retour, des incidents ont été signalés. Les forces de l'ordre ont pris certains manifestants à partie, un responsable de l'Alliance nationale du changement a été bastonné.

Une nouvelle marche est déjà prévue jeudi prochain.

Par RFI

Source: RFI


Récents articles


Il se raconte qu'un Ivoirien aurait assassiné son épouse aux États Unis, puis aurait fait partir le corps en Côte d'Ivoire dans des conditions douteuses (...) (09-9-2017)


"Je pense qu'en tant que son fils, j'ai une grande responsabilité face aux Ivoiriens. Je ne dois pas dire n'importe quoi, des mots qui jettent de l'huile sur le feu, car la situation est toujours instable. Il y a eu des milliers de morts, (...) (28-8-2017)


L'opposition togolaise, qui avait appelé la population à cesser toute activité économique en signe de protestation et de recueillement aux victimes des précédentes manifestations, s'est dit "très satisfaite" de voir la capitale très calme vendredi matin. (26-8-2017)


Un premier tour de ville entre 7h et 8h (locales et Gmt) nous a permis de constater que les bureaux de l'administration publique et les banques étaient ouverts mais très peu de monde dans les marchés et dans la circulation." (26-8-2017)


Le président guinéen, Alpha Condé, a limogé trois de ses ministres, a appris APA mercredi soir dans un décret lu par les médias d’Etat. D’abord, Mme Sanaba Kaba, ministre de l’Action Sociale depuis 2014, a cédé son fauteuil à Diaby Mariama Sylla (...) (24-8-2017)


Candidat aux prochaines présidentielles dans son pays, le Libéria, l'ex-footballeur, Georges Weah dit être préoccupé par la paix dans la sous-région. L'homme envisage même rencontrer les autorités de la Côte d'Ivoire avec qui son pays partage une longue frontière. (24-8-2017)


Dans un entretien qu’il a accordé à Fraternité Matin dans sa parution du 22 août, le président du Comité d’organisation du congrès, Adama Bictogo rassure sur l’unité du Rdr. « Qui vous a dit qu’il y a des pro-Soro ou anti Soro au sein du Rdr ? (23-8-2017)


J’en appelle donc au sens de responsabilités de tous les militants et sympathisants du FPI à nous asseoir autour d’une table pour aplanir nos divergences. Laurent Gbagbo nous a appris “Asseyons-nous et discutons” face à ses adversaires. (23-8-2017)

© 2017 Le Canal Nabonews | Ascap licensee | All Rights Reserved. Designed by {nabonews.com}.
Merci de soutenir NABONEWS