Ici, c'est chez DJ Tasman à DC Métro

Canal Nabonews gadgets

CPI: Les auditions du Général Mangou


Procès Gbagbo: les questions que soulèvent les révélations de Mediapart

Sur la base d'« un document confidentiel de la diplomatie française », le site d'information français Mediapart affirme que « la Cour pénale internationale (CPI) a demandé en avril 2011 de garder prisonnier le président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo », alors que, selon nos confrères, « à cette époque, il n’existait ni mandat d’arrêt ni enquête de la CPI ». Des révélations qui soulèvent des questions.

Le journal en ligne Mediapart a publié jeudi soir un article faisant état de collusions supposées entre le procureur de la CPI Luis Moreno Ocampo, la diplomatie française et le pouvoir d’Alassane Ouattara, au lendemain de la crise post-électorale de 2010-2011. Nos confrères ont pu consulter des documents qui témoignent d’un montage conçu par l’ex-procureur pour transférer l’ex-chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo derrière les barreaux à La Haye.

Pour Clément Capo Chichi, expert en droit international pénal, ex-coordinateur pour l'Afrique de la Coalition pour la Cour pénale internationale, la Côte d'Ivoire a par trois fois confirmé la reconnaissance de la CPI. Les démarches judiciaires engagées étaient de ce fait, selon lui, bel et bien encadrées par le Statut de Rome.

« C’est vrai, la Côte d’Ivoire n’était pas partie au Statut de Rome, mais le 18 avril 2003, elle a accepté la compétence de la CPI. Ça c’était sous le président Laurent Gbagbo. Le 14 décembre 2010, le président Ouattara a confirmé la déclaration de reconnaissance de la compétence de la Cour par son pays », déclare Clément Capo Chichi, qui considère que cette « déclaration de reconnaissance », même si la Côte d’Ivoire n’avait pas encore ratifié le Statut de Rome, permet d’engager des démarches judiciaires contre Laurent Gbagbo.

« Cela a été fait en vertu de l’article 12 alinéa 3 du Statut de Rome de reconnaître la compétence de la Cour et donc cela lui a permis d’enquêter sur la situation qui se passerait sur son territoire. Cela a été le cas de la Côte d’Ivoire », estime-t-il.

Pour la défense de L. Gbagbo, la CPI sert des « intérêts politiques »

De son côté, la défense de Laurent Gbagbo estime que les révélations de Mediapart ne font que confirmer ce qu'elle clame depuis longtemps, à savoir que le procureur Ocampo n'a jamais eu une attitude impartiale dans ce dossier et qu'il obéissait à des motivations politiques. Maître Habiba Touré est l'une des avocates de l'ancien président ivoirien.

« Monsieur Alassane Ouattara lorsqu’il écrit son courrier en décembre 2010, il n’est pas le président de la République de Côte d’Ivoire. S’il était le président de la République de Côte d’Ivoire, comment expliquez-vous qu’il ait prêté serment en réunissant monsieur Sarkozy et les autres en mai 2011. Si monsieur Ouattara a estimé qu’il fallait qu’il prête serment en mai 2011, c’est qu’en décembre 2010, il n’était pas le président de la République de Côte d’Ivoire. Donc, comment pouvait-il saisir la CPI », défend Me Habiba Touré.

« Dès avril 2011, monsieur Ocampo qui n’était pas saisi - la Cour n’était pas saisie - a demandé à ce que l’on neutralise le président Gbagbo, pour lui. C’est judiciairement scandaleux, puisque ça ne répond à rien. Deuxièmement, au moment où la CPI autorise le procureur Ocampo à mener des investigations, on est déjà en octobre 2011. Et le 29 novembre 2011, le président Laurent Gbagbo est transféré », souligne Maître Habiba Touré, qui estime que la CPI sert des « intérêts politiques » et espère que cela puisse permettre que la demande de mise en liberté de Laurent Gbagbo aboutisse.

« En à peine un mois, monsieur Ocampo a estimé qu’il avait suffisamment d’éléments de preuve nécessitant son transfert au regard des faits qui lui sont reprochés durant la crise post-électorale. Et cela ne fait que mettre en évidence le fait que la Cour, instrumentalisée ou pas, sert des intérêts politiques et pas les intérêts des victimes, et pas les intérêts de la justice. Donc, il est important à mon sens que ça puisse permettre qu’aboutisse la demande de mise en liberté provisoire du président », conclut-elle.

Par RFI

Source: RFI


Récents articles


Il se raconte qu'un Ivoirien aurait assassiné son épouse aux États Unis, puis aurait fait partir le corps en Côte d'Ivoire dans des conditions douteuses (...) (09-9-2017)


"Je pense qu'en tant que son fils, j'ai une grande responsabilité face aux Ivoiriens. Je ne dois pas dire n'importe quoi, des mots qui jettent de l'huile sur le feu, car la situation est toujours instable. Il y a eu des milliers de morts, (...) (28-8-2017)


L'opposition togolaise, qui avait appelé la population à cesser toute activité économique en signe de protestation et de recueillement aux victimes des précédentes manifestations, s'est dit "très satisfaite" de voir la capitale très calme vendredi matin. (26-8-2017)


Un premier tour de ville entre 7h et 8h (locales et Gmt) nous a permis de constater que les bureaux de l'administration publique et les banques étaient ouverts mais très peu de monde dans les marchés et dans la circulation." (26-8-2017)


Le président guinéen, Alpha Condé, a limogé trois de ses ministres, a appris APA mercredi soir dans un décret lu par les médias d’Etat. D’abord, Mme Sanaba Kaba, ministre de l’Action Sociale depuis 2014, a cédé son fauteuil à Diaby Mariama Sylla (...) (24-8-2017)


Candidat aux prochaines présidentielles dans son pays, le Libéria, l'ex-footballeur, Georges Weah dit être préoccupé par la paix dans la sous-région. L'homme envisage même rencontrer les autorités de la Côte d'Ivoire avec qui son pays partage une longue frontière. (24-8-2017)


Dans un entretien qu’il a accordé à Fraternité Matin dans sa parution du 22 août, le président du Comité d’organisation du congrès, Adama Bictogo rassure sur l’unité du Rdr. « Qui vous a dit qu’il y a des pro-Soro ou anti Soro au sein du Rdr ? (23-8-2017)


J’en appelle donc au sens de responsabilités de tous les militants et sympathisants du FPI à nous asseoir autour d’une table pour aplanir nos divergences. Laurent Gbagbo nous a appris “Asseyons-nous et discutons” face à ses adversaires. (23-8-2017)

© 2017 Le Canal Nabonews | Ascap licensee | All Rights Reserved. Designed by {nabonews.com}.
Merci de soutenir NABONEWS