Déclaration finale du COJEP à l'issue de son congrès extraordinaire de dissolution

Considérant que, le 03 juin 2001, le COJEP : Congrès Panafricain des Jeunes et des Patriotes, mouvement patriotique panafricain a été créé dans le but soutenir le président Laurent GBAGBO et les institutions républicaines alors attaqués par la France et les régimes dictatoriaux voisins à sa solde ;
Que, de 2001 à 2011, ce combat a été mené avec détermination pendant que le président Laurent GBAGBO était au pouvoir;
Qu’à partir du 11 avril 2011, suite à l’arrestation et au transfèrement à la CPI du président Laurent GBAGBO ; un différend a opposé deux branches du COJEP : l’une partisane de l’abandon du soutien au président GBAGBO et de la collaboration avec le pouvoir Ouattara y compris ses satellites et l’autre partisane d’un soutien renouvelé et plus ferme au président Laurent GBAGBO et à son instrument de lutte le FPI ;
Que, le temps passant, les positions se sont renforcées et la division accentuée ;
Qu’ainsi, les partisans de la rupture d’avec le président GBAGBO et l’idéologie de gauche démocratique ont créé un parti politique dénommé COJEP : Congres pour la Justice et l’Egalité des Peuples ;
Qu’enfin, nous, les partisans de l’attachement aux buts et objectifs d’origine du COJEP, avons décidé de rester un mouvement patriotique panafricain de soutien au président GBAGBO et avons conservé ses nom et sigle d’origine : COJEP -Congrès panafricain des jeunes et des patriotes ;

Qu’Ainsi, le CONGRES PANAFRICAIN DES JEUNES ET DES PATRIOTES ; COJEP :
Vu, les enjeux politiques cruciaux de 2020, juge primordial que l’ensemble des mouvements se réclamant de l’idéologie et du combat du président Laurent GBAGBO se rassemblent autour de sa personne au sein du Front Populaire Ivoirien (FPI) pour la reconquête et l’exercice du pouvoir;
Vu l’adhésion préalable de ses membres au FPI et aux idéaux du président Laurent GBAGBO ;
Vu que l’opinion sait, maintenant faire la part des choses entre le COJEP mouvement de soutien de gauche démocratique et le COJEP parti politique de centre-droit ;
Vu que le FPI est l’ancêtre et le fer de lance de la lutte de gauche démocratique en Côte-d’Ivoire et en Afrique ;
Vu qu’il partage entièrement le combat mené, même dans les liens de la CPI, par le président Laurent GBAGBO et le FPI dans sa démarche idéologique, stratégique et tactique;
Vu que les positions politiques du président Laurent GBAGBO sont très avisées et empruntes de sagesse pour l’avenir de ce pays et du panafricanisme ;
Vu le soutien sans faille dont il fait l’objet de la part des plus hautes autorités du FPI tant pour la CNC, la Pétition Internationale pour la Libération du Président Laurent GBAGBO, le Front du Refus, la nouvelle plate-forme EDS que dans toutes leurs activités ;
Vu LA SORTIE TRES PROCHAINE DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO DES LIENS DE LA CPI pour crimes non constitués ;
Vu que cette sortie imminente devra, servir exclusivement à REPRENDRE LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE VERITABLE, DE LA COTE D’IVOIRE ET DE L’AFRIQUE LA OU ELLE A ETE LAISSEE LE SINISTRE 11 AVRIL 2011 et non servir à gérer des conflits de dénomination et d’idéologie ;

LE CONGRES EXTRAORDINAIRE DES 21, 22 et 23 juillet 2017 du Congrès Panafricain des Jeunes et des Patriotes : COJEP décide :
1- De la dissolution du COJEP ;
2- De la mise de l’ensemble de ses structures à la disposition du président Laurent GBAGBO et du FPI ;
3- De l’abrogation de toute disposition antérieure.

Fait à Abidjan, le 23 juillet 2017
Pour le CONGRES,
Le Président du COJEP
Agenor Youan Bi.

AMPLIATION :
– La Présidence du front populaire ivoirien (FPI)
– La Présidence d’Ensemble pour la Démocratie et pour la Souveraineté (EDS)


      Parlons-en !




Récents articles


Considérant que, le 03 juin 2001, le COJEP : Congrès Panafricain des Jeunes et des Patriotes, mouvement patriotique panafricain a été créé dans le but soutenir le président Laurent GBAGBO et les institutions républicaines (...) (26-7-2017)


Le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, deux pays frappés par des attaques jihadistes, veulent lutter "ensemble contre le terrorisme", ont affirmé les présidents Roch Marc Christian Kaboré et Alassane Ouattara mardi à Ouagadougou (18-7-2017)


Cinq individus ont été interpellés à la suite de l’attaque de la base du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) logé dans l’enceinte de l’école de police d’Abidjan, a appris APA mardi de source officielle.(26-7-2017)


Le procureur du tribunal d'Abidjan a requis mardi dix ans de prison contre Assoa Adou, un ancien ministre de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, jugé devant une Cour d'assises pour "atteinte à la sûreté" (18-7-2017)


Les agents de la Société nationale des opérations pétrolières de Côte d’Ivoire (Petroci), ont décidé de la suspension de leur mot d’ordre de grève à l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire (18-7-2017)


Abolir le franc CFA, c’est la mission, le combat qui m’anime depuis une quinzaine d’années. Docteur en économie et agrégé des Facultés de Sciences Economiques, j’ai exercé des fonctions de macro économiste, chef de service au siège de la BCEAO à Dakar (17-7-2017)


Les travaux du métro d’Abidjan pourront enfin démarrer après quasiment deux ans d’attente. Le projet vient en effet d’obtenir un coup de pouce de la France qui va décaisser une enveloppe de 1,4 milliard d’euros (17-7-2017)


Suite aux nouvelles nominations à la tête de certaines institutions dont l’Inspection générale d’Etat (Ige) où Niamien N’Goran a été remplacé par Théophile Ahoua N’Doli, une déclaration attribuée au Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), a poussé (17-7-2017)

© 2017 Le Canal Nabonews | Ascap licensee | All Rights Reserved. Designed by {nabonews.com}.
Merci de soutenir NABONEWS