Ici, c'est chez DJ Tasman à DC Métro

Canal Nabonews gadgets

CPI: Les auditions du Général Mangou


Procès du gouvernement Compaoré au Burkina : la Haute cour sursoit à statuer

La Haute cour de justice du Burkina Faso, qui juge 34 ministres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré pour leur implication présumée dans la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014, a décidé de "surseoir à statuer" en attendant la correction de ses textes.

Ce procès, qui s’est ouvert fin avril, implique également l?ex-président Blaise Compaoré, poursuivi en tant que ministre de la Défense, poste qu’il occupait cumulativement avec ses fonctions de chef d’Etat avant d’être renversé par la rue.

A la suite d’une requête en inconstitutionnalité déposée par des avocats de la défense, ce procès avait été suspendu.

Dans une décision en date du 9 juin, le Conseil Constitutionnel burkinabé avait jugé « contraire à la Constitution » l’absence de recours possible sur les décisions de la Haute cour de Justice.

« Cette décision s’impose donc à la Haute Cour de Justice qui doit surseoir à statuer en attendant le toilettage des textes incriminés », a indiqué le procureur général près la Haute cour de justice Armand Ouédraogo, dans un communiqué lu à la télévision publique.

« La reprise du procès des ex-membres du gouvernement Luc Adolphe Tiao (dernier Premier ministre de Compaoré) ne pourra intervenir qu’après correction des textes et fera l’objet de nouvelles citations tant des accusés que des témoins », a-t-il précisé.

Créée en 1995 sous le régime de Blaise Compaoré, dont elle s’apprête à juger le dernier gouvernement, la Haute cour de justice, restée inactive jusque-là, se réunissait pour la première fois de son histoire depuis sa réactivation en avril 2015.

Elle est la seule juridiction habilitée à juger le chef de l’Etat et des ministres pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions.

Les 34 ministres du dernier gouvernement Compaoré sont poursuivis pour « complicité d’homicide volontaire et blessures volontaires » pour avoir participé « au Conseil extraordinaire des ministres du 29 octobre 2014 au cours duquel ils ont décidé de (faire appel à) l’armée pour réprimer les manifestants » contre la modification de la Constitution qui devait permettre à Compaoré de briguer un nouveau mandat.

Source: Agence France Presse


Récents articles


Il se raconte qu'un Ivoirien aurait assassiné son épouse aux États Unis, puis aurait fait partir le corps en Côte d'Ivoire dans des conditions douteuses (...) (09-9-2017)


"Je pense qu'en tant que son fils, j'ai une grande responsabilité face aux Ivoiriens. Je ne dois pas dire n'importe quoi, des mots qui jettent de l'huile sur le feu, car la situation est toujours instable. Il y a eu des milliers de morts, (...) (28-8-2017)


L'opposition togolaise, qui avait appelé la population à cesser toute activité économique en signe de protestation et de recueillement aux victimes des précédentes manifestations, s'est dit "très satisfaite" de voir la capitale très calme vendredi matin. (26-8-2017)


Un premier tour de ville entre 7h et 8h (locales et Gmt) nous a permis de constater que les bureaux de l'administration publique et les banques étaient ouverts mais très peu de monde dans les marchés et dans la circulation." (26-8-2017)


Le président guinéen, Alpha Condé, a limogé trois de ses ministres, a appris APA mercredi soir dans un décret lu par les médias d’Etat. D’abord, Mme Sanaba Kaba, ministre de l’Action Sociale depuis 2014, a cédé son fauteuil à Diaby Mariama Sylla (...) (24-8-2017)


Candidat aux prochaines présidentielles dans son pays, le Libéria, l'ex-footballeur, Georges Weah dit être préoccupé par la paix dans la sous-région. L'homme envisage même rencontrer les autorités de la Côte d'Ivoire avec qui son pays partage une longue frontière. (24-8-2017)


Dans un entretien qu’il a accordé à Fraternité Matin dans sa parution du 22 août, le président du Comité d’organisation du congrès, Adama Bictogo rassure sur l’unité du Rdr. « Qui vous a dit qu’il y a des pro-Soro ou anti Soro au sein du Rdr ? (23-8-2017)


J’en appelle donc au sens de responsabilités de tous les militants et sympathisants du FPI à nous asseoir autour d’une table pour aplanir nos divergences. Laurent Gbagbo nous a appris “Asseyons-nous et discutons” face à ses adversaires. (23-8-2017)

© 2017 Le Canal Nabonews | Ascap licensee | All Rights Reserved. Designed by {nabonews.com}.
Merci de soutenir NABONEWS